Bienvenue dans l’univers du paria

 

Le collectif Le paria s'est constitué en association le 5 juillet 2017

Le site est en cours de restructuration pour s'adapter à cette nouvelle phase de son existence.

L'association a pour principe d'allier l'action militante et politique, le registre scientifique et la création artistique.

Les champs du paria

- promouvoir les connaissances sur toutes les formes d'exclusion sociale, en particulier liées à l'origine, à la religion, aux préjugés xénophobes et racistes, dans le contexte contemporain ou relevant de l'histoire coloniale et postcoloniale ;

- favoriser leur diffusion et leur partage, participer à l'animation de discussions et débats publics ;

- initier des convergences entre démarches scientifiques, artistiques et militantes en soutenant l'échange des savoirs et savoir-faire, le partage des expériences et des réflexions ;

- stimuler l'exploration et l'expérimentation de modes de connaissance, d'expression et d'action, en combinant en particulier l'utilisation d'outils numériques et la création artistique au sens le plus large (incluant par exemple la littérature aussi bien que la cuisine) ;

- mettre en place des actions de formation et d'éducation populaire, notamment par l'organisation d'ateliers, de séminaires, de conférences ainsi que par la recherche de méthodes et de dispositifs pédagogiques innovants ;

- fournir un soutien sous toute forme aux personnes et groupes sociaux marginalisés, exilés, réfugiés, refoulés ; favoriser leur insertion sur les plans social, économique, administratif, juridique et politique ; combattre le racisme et assister les victimes de toutes les discriminations

L'atelier du paria

Création et expression artistique

Le paria mobilise et invente des formes d'expression originales pour agir et participer aux débats publics.

A l'origine "C'est l'histoire d'un mec", comme dirait Coluche. Et c'est l'histoire de tous. Le site Leparia a été créé pour donner à voir le travail d’écriture en cours d’un livre conçu comme moyen d'action. Le retour du refoulé, c'est le récit de sa vie par Moha, spolié de son droit au séjour en France, expulsé en Algérie en 2012, et contraint à lutter pour exister et faire reconnaître son existence. Laurent lui prête sa plume : c'est un livre à deux voix.

Expérimentation d'une écriture en direct, exploration d'un mode de narration original pour connaître et faire connaître : Le paria s'est efforcé de faire vivre un combat singulier en le liant à une multitude d'autres combats.

Il s'est enrichi de contributions de "Guest parias" ou d'autres qui se sont inspirées de cette expérience en mobilisant d'autres formes d'écriture : BD, vidéo, théâtre, musique…

Centre de ressources

Le paria se fait aussi l'écho de multiples voix qui se font entendre en utilisant des modes d'expression divers. Des voix que l'on cherche parfois à faire taire lorsqu'elles dérangent parce qu'elles réclament justice ou qu'elles se révoltent.

Donner à voir et à entendre, donner à lire, faire connaître, soutenir et appeler à soutenir : Le paria rééditorialise dans les différentes rubriques du site des références aussi bien musicales et artistiques que journalistiques, militantes, documentaires et scientifiques. 

Le site s’efforce de constituer à sa manière un centre de ressources et de tisser des liens entre des univers qui ne communiquent pas facilement entre eux.

 “Ouvrir sa gueule, déballer la merde, se rebiffer”

C'est l’histoire d’une rencontre de l’université et de la rue, et le point de départ d’une écriture de l’exil.
Entretien à lire sur nonfiction.fr

Les mots sont une arme de combat
Écouter Leparia dans l'émission
Comme un bruit qui court

France inter, 29 avril 2017

Moha Laurent exilS pluriels Le pays de votre langue
Texte écrit, lu et interprété par Rachel Cohen en ouverture de la soirée Le paria à La Colonie 13 juin 2017
à lire dans "écriture en direct"

Le paria — Le journal

Coïncidence qui n'est pas tout à fait fortuite, Le paria est le titre du journal de l'Union intercoloniale qui a existé entre 1922 et 1936 : lieu de rencontre et d'échange des mouvements d'émancipation naissants dans les colonies françaises, il offrait aussi une tribune aux futurs leaders du mouvement tiers-mondiste qui a émergé après la seconde guerre mondiale.

Nous voulons faire revivre ce titre, sous une nouvelle forme, pour traiter de la fabrication des "damnés de la terre" du monde actuel, pour informer et réfléchir sur les processus d'exclusion qui se fabriquent au jour le jour.

Pour collaborer, soutenir, être tenu-e informé-e

- Abonnez-vous au site Leparia.fr en y inscrivant votre e-mail
- Inscrivez-vous sur notre page facebook et contribuez à relayer nos articles
- Adhérez et soutenez l’association Le paria (dons, adhésion)
- Contribuez à l’alimentation de la rubrique « Guest parias » sous toute forme
- Collaborez au développement de nos projets d’écriture et de création sous diverses formes
- Participez à la rédaction du journal Le paria
- Participez à l’organisation de nos prochains événements
- Envoyez-nous vos propositions

La paria est ouvert à toute forme de participation individuelle et à toute forme de collaboration avec des collectifs partageant ses objectifs

⇒ Contactez-nous

Photo d'en-tête du site
Le port d'Oran un jour de sirocco.
Le sable du désert porté par le vent rougit l'atmosphère au dessus de la mer.
Le paria dédie cette photo aux milliers de "messagers" engloutis chaque année par le Sahara et la Méditerranée.

Ne demandez jamais quelle est l'origine d'un homme interrogez plutôt sa vie, son courage, ses qualités et vous saurez ce qu'il est. Si l'eau puisée dans une rivière est saine, agréable et douce, c'est qu'elle vient d'une source pure (Émir Abd el Kader, 1860).