Le Tamis – Appel à la marche des solidarités du 17 mars

Merci Mona. Ça mérite un grand big up.
Merci la mifa. Quand vous voulez, on s’organise un work-chope ensemble.

Le Tamis. Anthropologies coopératives

Un site passionnant à découvrir

Le Tamis expérimente des formes coopératives et mutualistes de travail intellectuel, pratique et créatif, afin d’en concevoir un modèle de coproduction viable, efficace et utile et bien sûr, une façon exaltante de gagner sa croûte. (aller sur le site)

Publié dans Le Tamis, « L’Almanach candide », 14 mars 2018

Marche des solidarités du 17 Mars / Chronique de la vie – hélas – ordinaire de Moha

Onaffiche-marche-17mars-2018-2 n’échappe pas à son époque et il restera certainement de la nôtre cette situation, construite en problème social, de l’arrivée de personnes migrantes sur ce territoire pourtant ni trop petit ni trop pauvre pour les accueillir. On se souviendra de l’arrivée de ces personnes et de la répression répétitive, féroce et arbitraire dont ils font l’objet par les forces d’un autre ordre. On se souviendra de notre époque comme celle où le phénotype classe et fait courir des risques parfois mortels.

Alors, parce que le racisme d’Etat tue, parce que ni la vision des migrations comme un problème, ni la répression policière ne sont admissibles et parce que la conjonction des deux est odieuse, le Tamis se joint à l’Appel à la Marche des Solidarités qui aura lieu à Paris le 17 mars, à 14h, d’Opéra à Stalingrad. Une marche est également prévue à Toulouse.

Triste exemple de ces indignités quotidiennes, nous vous invitons à lire le récit des dernières mésaventures de Moha, poursuivi pour avoir été tabassé, gazé et insulté (une fois de plus) par des policiers. Moha, c’est Mohamed Bridji, un ami de Laurent Bazin avec il écrit pour raconter autant son histoire que leurs histoires. Ensemble (et avec d’autres désormais), ils ont monté le collectif Le paria afin d’ « ouvrir sa gueule, déballer la merde, se rebiffer ». Courage, Moha ! On est avec toi !
courage-1