Pour l’asile, une autre politique d’immigration est possible

Soirée de soutien aux exilé.e.s de Paris 8
Lundi 5 mars 2018, université Paris 8

Pour l’asile, une autre politique d’immigration est possible
Retransmission vidéo du colloque en fin d’article

À l’heure où vont s’engager les débats parlementaires sur le projet de loi Asile et Immigration, et alors que des exilé.e.s et leurs soutiens occupent des salles dans notre université depuis un mois, nous ne pouvons plus ignorer que la politique d’immigration menée en France et en Europe nous concerne directement – non seulement les étrangères et étrangers parmi nous, de plus en plus victimes d’un véritable harcèlement d’État, mais plus généralement toute la société qui vit au rythme des rétentions, des expulsions, et de la pénalisation des gestes de solidarité. Le pire ne serait-il pas de finir par s’y habituer, voire de trouver normal ce qui se passe au « pays des droits de l’homme » ? « Passer quoiqu’il en coûte » nous avertissaient Georges Didi-Huberman et Niki Giannari. Car leur passage, c’est aussi le nôtre.

La continuité des politiques d’immigration, quel que soit le gouvernement, et leur durcissement progressif, finit par imposer l’idée que l’alternance n’ouvre pas d’alternative : le prétendu réalisme, tant politique qu’économique, ne laisserait pas le choix. Autrement dit, l’immigration n’apparaît plus guère comme un fait indéniable et un enjeu politique ; ce serait juste un « problème » à gérer. Pourtant, elle renvoie bel et bien à une politique, celle que mène un État à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières.

Cette politique n’a rien d’inéluctable, puisqu’elle procède d’un choix : les parlementaires en sont donc responsables et ils en seront tenus comptables. Au lieu de nous résigner, nous voulons saisir la double occasion de ce projet de loi et de cette occupation, au plus près de nous dans le temps et dans l’espace, pour rappeler qu’il s’agit bien de politique – d’enjeux, d’alternatives et de choix. Bref, une autre politique d’immigration est possible.

Pour en parler, des chercheuses et chercheurs, des militantes et militants, mais aussi les personnes directement concernées, et d’autres encore, interviendront lors d’une soirée lundi 5 mars, de 18h à 21h, dans l’amphithéâtre D001 à Paris-8. Ces réflexions communes sont ouvertes à toutes et tous, parce qu’elles nous concernent toutes et tous. Réfléchir pour agir dans notre société, en particulier là où c’est le moins facile, ce pourrait être une définition de la mission de l’université ; en tout cas, c’est celle que, face à une actualité qui nous bouscule, nous revendiquons.

Cet évènement est soutenu par :
des enseignant-e-s de l’université Paris 8, Solidaires Etudiants Paris 8, des militant-e-s soutenant l’occupation des exilé-e-s à Paris 8, RUSF (Paris 8).

Avec :
Michel Agier, la Brigade Anti Déportations (BAD), le Collectif des exilé-e-s de P8, le Collectif des étudiant-e-s sans papier de Paris 8, le Comité de soutien des occupant-e-s de Paris 8, le Comité des occupant-e-s de l’Université de Nantes, Eric Fassin, Nacira Guénif, Nicolas Jounin et les travailleurs sans papier qui occupent actuellement des usines en région parisienne, Erika Koenig (avocate en grève), Karine Parrot (GISTI), Mohammad (militant Soudanais), et bien d’autres…

Vidéos du Colloque : Pour l’asile, une autre politique d’immigration est possible

– 1ère partie, 38 min. Avec Éric Fassin, Valérie Thomas (BAD), Nadia Yala Kisukidi, Nacira Guénif, Diabaté, des étudiants sans-papiers, Alfidel, Michel Agier, Nicolas Jounin, Youssif, le collectif des exilé.e.s de Paris 8.
2ème partie : Sur le projet de loi « Asile-Immigration », 21 min. Avec Karine Parrot (GISTI), Virginie Dusen (avocate en grève), Alfidel, Léo Berthe et Nathan Sautreuil (rapporteurs CNDA en grève)

Partie 1

Partie 2