Tribune-pétition – M. Hollande levez l’état d’urgence avant de partir

Tribune pétition levez l'état d'urgence lepariaNous relayons cette lettre ouverte à François Hollande, parue sous forme de Tribune dans Libération le 18 avril 2017

Monsieur le Président,

A la veille d’échéances électorales dont l’issue est extrêmement incertaine, nous vous écrivons cette lettre ouverte, animés par nos convictions en faveur de l’État de droit, et des libertés fondamentales. Nous en appelons à votre conscience, à votre sens des responsabilités et à votre devoir d’assurer, en vertu de l’article 5 de la Constitution, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État.

La France vit, par votre décision, sous état d’urgence depuis le 14 novembre 2015, soit plus de 500 jours, et s’installe dans une accoutumance absolument incompatible avec une situation qui devait être exceptionnelle et limitée dans le temps. Dès décembre 2015, et dans les avis qui suivirent, le Conseil d’État a expressément indiqué que «l’état d’urgence doit demeurer temporaire. Les menaces durables ou permanentes doivent être traitées, dans le cadre de l’État de droit, par les instruments permanents de la lutte contre le terrorisme». Vous-même, lors de votre discours du 14 juillet 2016, vous vous déclariez prêt à lever l’état d’urgence, insistant sur le fait «qu’on ne puisse pas prolonger l’état d’urgence éternellement. Ça n’aurait aucun sens, ça voudrait dire que nous ne serions plus une république avec un droit qui pourrait s’appliquer en toutes circonstances».

Nous, représentants de la société civile, défenseurs des droits humains, chercheurs et juristes, avons eu l’occasion d’exprimer, à de nombreuses reprises, notre hostilité face à l’installation dans la durée de ce régime d’exception. Il s’agit là d’une situation qui mine la confiance de très nombreux concitoyens — en particulier celles et ceux qui se sentent stigmatisés — dans les institutions républicaines. Lors des différents votes de prorogation, nous n’avons malheureusement pas été entendus, et en appelons aujourd’hui à votre pouvoir présidentiel. La loi du 19 décembre 2016 vous confère, en effet, le pouvoir de mettre fin par décret à l’état d’urgence.

(lire la suite)

Violence policiere Lamine Dieng lepariaVoir aussi notre « revue de presse commentée sur les violences policières » : nous attirons l’attention sur le danger que représente la prolongation de l’état d’urgence que le gouvernement a fait adopter par l’Assemblée nationale le 14 décembre 2016, prenant le soin de veiller à ce que la démission du gouvernement qui suivra forcément l’élection présidentielle n’entraîne pas automatiquement l’annulation de l’état d’urgence.