Quand Salvini se lâche…

SALVINI DANS LE TEXTE

Quand Salvini se lâche…

Populiste décomplexé, Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur, se permet tout sur les réseaux sociaux. Même les insultes.

Au micro de Radio Padania Libera, l’organe officiel de la Ligue du Nord, dans ses discours ou via ses tweets assassins, l’actuel ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini a émaillé son parcours politique de déclarations nauséabondes. Florilège.

« Il est plus facile d’éliminer les rats que les Roms. »
Lors d’un bain de foule, sur un marché de Milan, déclaration relayée ensuite par Radio Padania Libera, le 9 avril 2008.

« Quelle puanteur, même les chiens s’enfuient, ce sont les Napolitains qui débarquent. »
À l’occasion du rassemblement de la Ligue du Nord, dans la ville lombarde de Pontida, le 13 juin 2009.

« Qu’est ce qu’elle a, la Grèce ? De petites îles, le fromage, le Parthénon et quelques autres petites choses. »
Au cours de la présentation d’un livre à Seriate, dans la province de Bergame, le 13 février 2015.

« Une pelleteuse, c’est l’unique solution pour les camps Roms, pas question d’aide. Deux coups de pieds au cul et si tu veux rester ici, tu dois vivre comme tout le monde. Pas en mendiant, mais en travaillant. »

Intervention à l’émission télé Mattino Cinque, sur la chaîne Canale 5, le 18 mars 2016.

Matteo Salvini, à Pozzallo, en Sicile, le 3 juin 2018.Matteo Salvini, à Pozzallo, en Sicile, le 3 juin 2018.afp.com/Carmelo Lenzo
« Un nettoyage de masse est nécessaire aussi en Italie, rue par rue, quartier par quartier, place par place, en utilisant la force s’il le faut. »
A Recco, en Ligurie, au cours d’une campagne d’inscription à la Ligue, le 18 février 2017.

« Je suis du côté des travailleurs, et non du côté des Roms fouineuses. Mais qu’est-ce qu’elle peut hurler, cette malheureuse ! »
Au sujet d’une vidéo, postée sur son compte Twitter le 24 février 2017. Deux employés du supermarché Lidl de Follonica (Toscane) avaient enfermé dans une cage métallique deux femmes Roms, surprises en train de fouiller dans les poubelles du magasin. Ils les avaient ensuite filmées en se moquant d’elles, avant de diffuser la vidéo sur les réseaux sociaux. Lidl avait condamné cet incident. Les deux hommes ont été licenciés, mais Salvini avait pris leur défense sur son compte Twitter.

« Du Nord au Sud, l’Italie aux Italiens, c’est cela, le raisonnement. La prochaine fois, si c’est nécessaire, nous nous rendrons dans le port, moi en tête, parce qu’ici, les barcone (les bateaux d’immigrés) ne devront plus jamais mettre les pieds. »
Au cours d’une manifestation à Civitavecchia, dans le Latium, le 18 juillet 2017.

Matteo Salvini parle lors d’une émission télévisée au cours de laquelle est diffusée une photo de migrants secourus, le 20 juin 2018.Matteo Salvini parle lors d’une émission télévisée au cours de laquelle est diffusée une photo de migrants secourus, le 20 juin 2018.afp.com/Andreas SOLARO
« Je me fais préparer au ministère de l’Intérieur un dossier sur la situation rom en Italie (…). Nous essaierons de comprendre comment intervenir en refaisant ce que l’on appelait autrefois un recensement (…). Malheureusement, les Roms italiens, on devra les garder, parce qu’on ne peut pas les expulser. »
Intervention sur la chaîne régionale TeleLombardia », le 18 juin 2018.

« Si je veux enlever l’escorte à Saviano ? Ce seront les institutions compétentes qui devront évaluer s’il court encore des risques, parce qu’il me semble qu’il passe beaucoup de temps à l’étranger et, donc, la question est de savoir comment les Italiens dépensent leur argent. »
Intervention à l’émission Agorà, sur la chaîne Rai Tre, le 21 juin 2018.

« Allez vous-en. Allez vous-en, allez vous-en !!! »
Sur son site Facebook, le 12 juillet 2018, après que la Cour de Cassation italienne a confirmé sa condamnation pour « discrimination raciale » envers deux étrangers non-européens, en établissant que la phrase qu’il avait prononcée à leur égard, « Vous devez vous en aller », pouvait avoir un « caractère de haine raciale ».