Portraits d’urgence

Une série de cinq vidéos documentaires, co-réalisée par Prune Missoffe, Jonathan Vauday et Lucas Roxo

 A retrouver également sur la page facebook « Portrait d’urgence » ou sur twitter @Portraits d’urgence

En vigueur depuis les attentats du 13 novembre 2015, l’état d’urgence a profondément altéré la société française dans son rapport aux libertés individuelles et collectives. Pendant près de deux ans, gardes à vues, perquisitions et assignations à résidence sont devenues le lot commun de tous ceux et toutes celles confronté.e.s à cet état d’exception. Alliant sons et photographies, « Portraits d’urgence » raconte ces transformations en donnant la parole aux premiers et aux premières concerné.e.s. À travers cinq portraits de personnes touchées différemment par une restriction de liberté, cette série documentaire raconte leur quotidien bouleversé et leur ressenti vis-à-vis de l’état d’urgence, à l’heure où celui-ci s’apprête à rentrer dans le droit commun.

Cliquer sur les images ci-dessous
pour
accéder aux vidéos

Portrait n°1 – « À coups de gaz lacrymo »

Malgré l’interdiction de la manifestation, A. et M., étudiants militants, se rendent sur la place de la République pour protester contre la COP21. Ils racontent la vague d’arrestations et l’aléatoire des gardes à vue.

Portrait n°2 – « J’étais une quantité négligeable »

Après des dénonciations anonymes, M. est assigné à résidence suite à une perquisition particulièrement marquante. Il relate l’impact considérable de l’état d’urgence sur sa vie de famille.

 

Portrait n°3 – « C’est juste un prétexte »

À Argenteuil, un foyer pour femmes en difficulté, toutes de confession musulmane, est perquisitionné en pleine nuit. V., présidente de l’association, revient sur les séquelles causées par la perquisition.

 

Portrait n°4 – « Une double assignation »

Jugé en « voie de radicalisation », A. est assigné à résidence au lendemain du 13 novembre. Bloqué dans un petit village des Pyrénées, éloigné de tous et de tout, il tente de positiver tout en racontant un quotidien bouleversé.

 

Portrait n°5 – « C’est la prison chez soi »

Pour avoir participé à des activités militantes, C. est interdit de manifestation, puis assigné à résidence. Face à la place prise par l’état d’urgence dans sa vie intime, il tente de comprendre ce qu’il nomme un acharnement.