Hogra et harcèlement policier à Calais

Streetpress, 13 juin 2017, « A Calais, les réfugiés sont chassés la nuit et traqués le jour »

Depuis son arrivée à Calais, Christian ne dort pas plus de 3h par nuit. Entre les lacrymos et l’interdiction des distributions de nourriture, compliqué de survivre. StreetPress te raconte l’histoire de ces réfugiés coincés aux portes de l’Angleterre
(lire l’article)

Libération, 23 juin 2017, « A Calais, la politique de Gérard Collomb : la fermeté sans l’humanité »

En visite dans la ville où butent les migrants cherchant à rallier l’Angleterre, le ministre de l’Intérieur s’est borné à soutenir ses forces de police. (lire l’article)

Libération, 23 juin 2017, « Il faut mettre des actes en face des valeurs proclamées par Macron »

Trois personnalités réagissent à la venue à Calais de Gérard Collomb. (lire l’article)

Politis, 23 juin 2017, « Gérard Collomb, plus proche des identitaires que des humanitaires »

En visite à Calais ce vendredi, le ministre de l’Intérieur s’est lâché sur les migrants pour le plus grand bonheur de Génération identitaire, groupuscule d’extrême droite, qui lui propose ses services. (lire l’article)

Alternatives économiques, 23 juin 2017, « A Calais, migrants et bénévoles face au harcèlement policier »

« Comme d’habitude », s’exclame la policière en claquant la portière de son véhicule. « Comme d’habitude », répète en guise de salut Gaël Manzi, coordonnateur de l’association Utopia 56 à Calais. « Monsieur, on va se redire la même chose que la veille, les distributions de nourriture sont interdites ici », intervient un autre agent de la police nationale, pendant qu’un camion de CRS se gare sur le trottoir d’en face. « Et je vais vous répondre la même chose qu’hier, Monsieur, rien ne nous interdit de distribuer de la nourriture, soupire le responsable associatif. Ou alors montrez-moi un document officiel qui justifierait l’interdiction. » « Et vous dans ce cas, montrez-moi un document d’autorisation », ponctue le policier. Il est un peu plus de 19 heures ce soir-là sur les bords du canal à Calais. Une cinquantaine d’Ethiopiens attendent autour d’une camionnette blanche. (lire la suite)

Libération, 19 juin 2017, « Calais, c’est pas mieux que la Libye »

Depuis le démantèlement de la «jungle», la situation humanitaire des quelque 500 réfugiés qui errent dans la ville est devenue intenable. Les forces de l’ordre les traquent sans répit et les associations ont bien du mal à les aider. (lire l’article)

Libération, 14 juin 2017, « Migrants à Calais: le Défenseur des droits dénonce des atteintes «d’une inédite gravité» »

Après les associations d’aide aux migrants, le Défenseur des droits Jacques Toubon s’est à son tour mercredi inquiété d’atteintes aux droits «d’une exceptionnelle et inédite gravité» à Calais (Pas-de-Calais), où les pouvoirs publics empêchent toute réinstallation de campement.
M. Toubon, qui a plusieurs fois déjà déploré la situation des migrants dans la région de Calais, a haussé le ton après une visite de ses services sur place lundi, parlant de «conditions de vie inhumaines», voire de «traque», et exhortant les pouvoirs publics à «ne pas s’obstiner dans ce qui s’apparente à un déni d’existence des exilés». (lire l’article)

Le Monde, 17 juin 2017, « Réfugiés : Cohn-Bendit, Omar Sy et Médecins du monde demandent à Macron d’agir »

Une tribune et une pétition, publiées sur « Le Monde » et sur le « Bondy Blog », interpellent le président de la République sur le sort des réfugiés en France. (lire l’article)