Contrôles au faciès – trois lycéens qui assignaient l’État en justice ont été déboutés

cela veut dire “restez dans vos quartiers, vous avez des droits, mais ne les utilisez pas

(Mamadou Camara, lycéen, dans Le monde, 17 décembre 2018)

Contrôles au faciès : trois lycéens qui assignaient l’État en justice ont été déboutés
publié par Nicolas Chapuis, Le Monde, 17 décembre 2018
Après avoir subi un contrôle lors d’une sortie scolaire, en mars 2017, ils avaient attaqué l’Etat en justice. Mais le tribunal de Paris les a déboutés, lundi. Ils ont décidé de faire appel.

Ils avaient assigné l’Etat et le ministre de l’intérieur en justice, ils ont été intégralement déboutés. Les trois lycéens de Seine-Saint-Denis, Ilyas, Mamadou et Zakaria, qui estimaient avoir fait l’objet d’un contrôle au faciès à la gare du Nord en mars 2017, n’ont pas obtenu gain de cause. Dans leur décision rendue lundi 17 décembre, les trois magistrats du tribunal de grande instance de Paris écrivent que « le contrôle effectué dans un objectif légitime de maintien de l’ordre, sans discrimination fondée sur l’origine, ne peut pas être considéré comme ayant été discriminatoire ».

L’affaire avait fait l’objet d’une forte médiatisation, pour au moins trois raisons. Le contexte en premier lieu avait joué pour beaucoup : les trois lycéens avaient été interpellés par des policiers à leur descente du Thalys, de retour d’un voyage scolaire avec leur professeure. Un contrôle jugé humiliant devant le reste de leur classe.

Leurs fortes personnalités et le soutien sans faille de leur enseignante, Elise Boscherel, avaient également pesé, donnant à l’affaire un caractère symbolique. Leurs camarades de classe, ainsi que l’accompagnateur du voyage, avaient quasi tous rédigé des attestations pour appuyer les dires des trois plaignants quant au caractère discriminatoire du contrôle. (lire l’article)

Premier procès pour discrimination raciale pendant un voyage scolaire
dossier établi par la plateforme « En finir avec les contrôles au faciès »

Revue de presse Lundi 22 octobre 2018 s’est tenu au Tribunal de Grande Instance de Paris le premier procès pour discrimination raciale pendant une sortie scolaire.

(accéder au dossier)

Photo de Une : Extraite du site du collectif Stop le contrôle au faciès (événement 2011) Accéder au site